Romans

Chroniques d’Almérante 1- La faille

Un évènement peut faire basculer votre vie. L’Elfe Elwën en sait quelque chose. Magicienne et Princesse malgré elle, la jeune femme se prépare à passer le Rituel, ultime cérémonie lui permettant de devenir Maître en son art et symbolisant son union avec la Guilde des Mages. Sa voie est toute tracée. Cependant, juste avant la date fatidique, l’arrivée dans la cité d’Aldhëra d’une créature inconnue de leur monde et saturée de magie, va bouleverser le cours de son existence. Allant de découverte en découverte et luttant contre ses démons ainsi qu’un ennemi invisible, Elwën devra trouver la force d’avancer et de voir au-delà des vérités qui jusqu’alors étaient les siennes.

Sorti le 5 décembre 2019, écrit par Bénédicte Durand.

Quelle belle épopée ! Je tombe encore et toujours sur une historie qui implique des Elfes. Je crois que cela me poursuit. Cependant, je m’émerveille toujours devant la diversité des histoires. Cette fois-ci on suit les aventures d’Elwën, une Elfe. Et cela est déjà assez rare pour le souligner. A chaque fois, ce sont plutôt des archétypes de la gente masculine qui sont mis en avant.

En dehors de cela, on suit véritablement une quête vers la rédemption, pour faire oublier les erreurs d’un passé qu’Elwën ne connaissait pas. Et c’est une bonne occasion pour connaître toutes les peuples qui constituent cet « Ancien Monde ». Demi-Elfes – mi hommes, mi-elfes – les peuples de l’eau, les nomades, les barbares, les humains, et enfin, les nains. Chaque peuple a son propre fonctionnement, son approche personnelle de la Nature.

Même si les Elfes sont dépeints comme les traîtres de l’Histoire, ce que je remarque surtout, c’est le caractères hautains des Hommes. Cette façon de se sentir supérieurs et de retourner leur veste quand ça les arrange. Est-ce une critique de notre société ? Je ne pense pas mais il faut tout de même souligner le caractère calculateur et stratège de ce peuple. A l’inverse, j’aime beaucoup les Nains. Même en vivant éloignés du reste du monde, ils restent respectés et respectables. Et ils semblent être un peuple loyal contre qui il ne faut pas être ennemi.

Enfin, je n’ai pas vu la fin venir. Je veux dire par-là, que je n’ai pas su anticiper la fin, le retournement de situation. L’autrice a su mener l’histoire à son avantage sans pour autant dévoiler son jeu. Et c’est une réelle surprise pour moi. C’est rare que je n’arrive pas à deviner la fin avant les derniers chapitres.

Son Site ◀▶ Son Instagram ◀▶ Achetez son livre

Un commentaire sur “Chroniques d’Almérante 1- La faille

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.